Manuscrits

Menu Patrimoine, page manuscrits
Les bibliothèques de Chartres, catalogue et événementiel du réseau des bibliothèques de Chartres
Accueil

Recherche

  
    + de critères

 



Les Manuscrits

 

La bibliothèque municipale de Chartres est née des confiscations révolutionnaires. Ses fonds principaux proviennent de deux scriptoria*, celui du chapître de la Cathédrale de Chartres et celui de l’abbaye Saint-Père, auxquels s’ajoutent les fonds plus modestes de quelques autres abbayes.
 
Ces bibliothèques médiévales étaient les témoins d’une activité intellectuelle foisonnante justifiant la réputation de l’Ecole de Chartres où étaient enseignés les arts libéraux (rhétorique, grammaire, logique, arithmétique, géométrie, musique, astronomie) et la médecine dans l’environnement créatif de la cathédrale.
 
En 1795, Chartres se dote d’une école centrale, bientôt suivie de la bibliothèque centrale du département abritée à l’ancien palais épiscopal devenu Musée des Beaux-Arts en 1939.
 
 
 
 

Procès-verbal de la fête donnée à l’occasion de l’ouverture des classes de l’école centrale, du département d’Eure-et-Loir, pour l’An VII de la République [1798]

 

  

Suite à la fermeture des écoles centrales, la bibliothèque ferme aussi et renaît sous la forme d’une Bibliothèque municipale le 20 novembre 1804 ; elle ouvre ses portes au public en 1806 dans l’ancien couvent des Cordeliers, rue Saint-Michel et continue d’être dirigée par un groupe de conservateurs bénévoles.
 
Après de nombreux déménagements successifs, suite à l’accroissement des fonds, la bibliothèque s’installe dans l’hôtel Montescot alors hôtel de ville de Chartres en 1874.
 
 
 
 

Hôtel de ville de Chartres, photo in : Chartres par François Benoît, 1899 (Juss R 800)

 
  
Peu avant la seconde guerre mondiale, avec près de 150000 volumes dont un tiers appartient à l’Etat et deux tiers à la Ville, la bibliothèque de Chartres est considérée, par ordre d’importance, comme étant la treizième de France, possédant en particuliers 1873 manuscrits (600 datent de la période du VIIIe au XVe siècle) ainsi que 159 incunables.
 
En 1942, une importante exposition est réalisée au Musée de Chartres, à l’initiative du sénateur-maire de Chartres, M. Raymond Gilbert, au profit des prisonniers de guerre : «…nous vous convions aujourd’hui à visiter l’exposition les Arts du Livre à la Bibliothèque de Chartres, exposition des manuscrits, des enluminures et des reliures, travaux remarquables des artisans des siècles passés. »

 

 

 

Catalogue de l’exposition au profit des prisonniers de guerre : les Arts du Livre à la Bibliothèque de Chartres, sous la dir. de M. Maurice Jusselin, Ville de Chartres, 1942 (D 1067)

    

 
 
 

 Documents précieux exposés au Musée des Beaux-Arts de Chartres en 1939

 

En mai 1944, à la Libération, un incendie, causé indirectement par une bombe, détruit dans sa presque totalité la bibliothèque. Des décombres sont retirés des centaines de manuscrits incomplètement abîmés mais fort endommagés par l’incendie et par l’eau déversée par les pompiers.
 
Acheminés vers l’atelier de restauration de la bibliothèque Nationale, en douze caisses, ils sont traités, pour certains restaurés, puis réintégrés dans les nouveaux locaux de la bibliothèque.
 
Après l’énorme travail d’identification et de reconnaissance des feuillets, réalisés par le chanoine Yves Delaporte, Maurice Jusselin, archiviste et Melle Marie Guittet, la nouvelle bibliothécaire, on compte aujourd’hui 567 manuscrits identifiés. Malheureusement de nombreux autres paquets sont classés en attendant d’être un jour identifiés à leur tour…
 
Ce sauvetage permet, avec les photographies et les microfilms effectués avant guerre, de conserver la mémoire de ce fonds très riche, l’un des plus importants d’Europe.
 
 
 

Chanoine Yves Delaporte 1879-1979, photo République du Centre 13 avril 1979

 

 

 

Maurice Jusselin, 1882-1964, in Eure-et-Loir, Dictionnaire biographique illustré, [1911], (Us 8°R 34)

 
 

 

Marie Guittet, 1900-1959, in Catalogue de l’exposition au profit des prisonniers de guerre : les Arts du Livre à la Bibliothèque de Chartres, Ville de Chartres, 1942

 
 
 

Commentaires sur les épîtres de Saint Paul, Pierre Lombard, parchemin du XII ou XIIe siècle

(MS 140)

 
 
 

 

Biblia sacra, parchemin du XIVe siècle (MS 165)

 
 
 

 

Opuscula varia, parchemin du XIVe siècle (MS 419)

 
Au lendemain du sinistre, des négociations qui aboutirent à un échange, commencent entre la Ville et la Société Archéologique d’Eure-et-Loir. Celle-ci laisse à la ville sous certaines compensations son hôtel de la rue Saint-Pierre, et ses collections de documents.
 
Les manuscrits de la Sael, sont en partie le reflet de ses activités.
 
 
 

Procès-Verbaux. Tome 3 : rédaction définitive, 1856-1858 (MS Sael 1-3)

 
 
 

Questionnaire archéologique d’Eure-et-Loir, 1856, Réponses des maires, curés, instituteurs, 1857. Tome 1 : arrondissement de Chartres (MS Sael 22-1)

 
 
L’ «Obituaire de Notre-Dame de Chartres », manuscrit du XIème et XIIème siècle comprenant un martyrologe et un nécrologe du chapitre de Notre-Dame de Chartres était conservé à la bibliothèque de Saint-Etienne au moment du drame, reste la pièce maîtresse des collections manuscrites.
 
 

 L'Obituaire de Notre Dame de Chartres, XIème et XIIème siècles (NA 4)

 

 Plus de 300 nouveaux manuscrits ont pu être acquis grâce à l’aide financière du Ministère de la Reconstruction et du Logement, aux avances sur les dommages de guerre, aux subventions de la Ville et au Ministère de l’Education Nationale, mais aussi par dons.
 
Une importante collection de lettres autographes de personnalités locales célèbres a été reconstituée et continue à s’enrichir régulièrement : du Général Marceau à Marcel Proust, en passant par Mme de Maintenon et Henri IV.
 
 
 

Autographe de François-Séverin Marceau, général de la Révolution (1769-1796) au bas d’une lettre militaire adressée au représentant du peuple Gillet ; Marceau évoque la misère du régiment Sambre-et-Meuse où ses soldats étaient vraiment « sans pain et sans souliers » (NA 208/1)

 
 
 
Pièce manuscrite signée de Henri IV, roi de France, le 4 mars 1594. « Ordre à son trésorier de payer au Sr A. la somme de cinq cens escus sol… » (NA 309)
 
  
Les manuscrits -très fragiles- sont consultables à l’espace Patrimoine, au 1er étage de la médiathèque l’Apostrophe, sur autorisation d’un conservateur et sur demande motivée.
 
Pour obtenir des renseignements et/ou des reproductions, contacter l’espace Patrimoine de la médiathèque l’Apostrophe.
 
Site internet : IRHT : http://www.irht.cnrs.fr/ et BVMM : http://bvmm.irht.cnrs.fr/
A la recherche des manuscrits de Chartres  : http://www.manuscrits-de-chartres.fr/
 
 
*atelier des monastères où travaillaient les copistes